Actu-vert

Actu-vert

Burkina Faso: Le protectionnisme pour relancer la filière sucre ?

Le gouvernement burkinabè en conseil des ministres du 15 octobre 2015 a pris des mesures protectionnistes, notamment des restrictions concernant la délivrance d’Autorisation spéciale d’importation (ASI) pour permette à la Nouvelle Société Sucrière de la Comoé (SN-SOSUCO) de pouvoir écouler sa production sur le marche local.

sucre.jpg

Après 27 ans de monopolisation de la vie économique, ces mesures sont perçues comme la fin du règne des gros importateurs, qui bénéficiaient des faveurs des gouvernements précédents dans la filière sucre, ou qui, le plus souvent, agissaient pour le compte des détenteurs du pouvoir politique. Par ailleurs, ces mesures font écho à la vision « consommons burkinabè » chère aux révolutionnaires burkinabè et très défendue à l’époque par le Président Thomas Sankara. Pour le gouvernement de la transition ces mesures sont prises en accord avec tous les acteurs de la filière et doivent permettre le « développement de l’industrie sucrière et la préservation des emplois dans ladite industrie [1]». Mais, peut-on dire pour autant que les difficultés de la SN-SOSUCO sont résolues durablement ?

Le protectionnisme n’est pas la solution idoine même si elle semble s’inscrire dans la logique populaire du moment. En effet, il ne s’agit que d’un transfert des avantages dont bénéficiaient les hommes d’affaires proches du serial politique aux actionnaires de la SN-SOSUCO. La sauvegarde des emplois à la SN-SOSUCO dont il est question ne peut se faire durablement qu’à condition que la société soit compétitive  car dans le contexte du marché sous régional, rien n’empêchera d’autres sociétés de vendre leur sucre sur le marché burkinabè si les prix grimpent. C’est aussi une porte ouverte à une fraude importante avec des frontières très poreuses et une administration douanière qui est toujours parmi le trio de tête dans le hit-parade des administrations les plus corrompues (RENLAC, 2014)

Ces mesures pourront garantir désormais à la SN-SOSUCO un marché sans concurrence. Pourquoi investirait-elle pour produire du sucre de meilleure qualité ? La société défendra bien l’idée qu’elle offre un meilleur rapport qualité-prix. Mais, pour améliorer la qualité il faut innover constamment et l’innovation a un coût qui sera répercuté sur le client dans le contexte actuel. Dans un marché concurrentiel,  ce surcoût aurait pu ne pas être ressenti par le client car l’entreprise aurait du diminuer ses marges pour conserver ou accroitre sa part de marché. Mais, dans le contexte ou la SN-SOSUCO est protégée, celle-ci n’aura aucun intérêt à investir davantage car elle n’a ni la pression des actionnaires, ni celle des concurrents. Dans cette perspective, elle vendra sans doute des produits de moindre qualité que dans un contexte de concurrence.

Malheureusement, le consommateur-contribuable devra payer un plus lourd tribut. Les mesures prises par le gouvernement occasionneront nécessairement des dépenses publiques supplémentaires qui du reste ne seront pas prises en charge par la SN-SOSUCO mais par le contribuable burkinabè. Ce dernier finance alors une entreprise par ses impôts pour avoir au final des produits plus chers et de plus mauvaise qualité. Le consommateur-contribuable paiera plus cher le sucre car ces mesures seront aussi interprétées par le marché local comme un durcissement des conditions d’importations du sucre, donc une offre inférieur à la demande d’où une hausse de prix à la consommation qui du reste sera difficilement contrôlable. En effet, il suffit que les conditions du marché changent et la société répercutera cela sur les prix. De plus, cette augmentation du prix entrainera l’augmentation de tous les autres produits dont le sucre est une composante essentielle.

Contrairement à la SN-SOSUCO, d’autres sociétés ont réussi à s’adapter à la concurrence sans...Lire la suite sur terre-info.com




24/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres