Actu-vert

Actu-vert

Galapagos: la tortue "Georges" est morte, mais son espèce survit encore

On la croyait disparue depuis la mort de "Georges le Solitaire". Mais une espèce rare de tortues géantes vient de refaire surface dans l'archipel équatorien des Galapagos, symbole de la lutte pour la sauvegarde de l'écosystème.

Considéré comme l'unique survivant de l'espèce "Geochelone Abigdoni", "Georges", une tortue centenaire, avait poussé en juin dernier son dernier soupir dans cette réserve naturelle isolée dans l'océan Pacifique, à 1.000 km des côtes de l'Equateur, où elle avait été découverte il y a trente ans.

Mais une étude, réalisée avec la collaboration de l'Université américaine de Yale, a permis d'établir l'existence de 17 autres tortues de la même ascendance, redonnant à la communauté scientifique, l'espoir nourri durant des décennies de réaliser la reproduction de l'animal.

La mort de la tortue centenaire "ne représente pas la fin de cette espèce de tortues géantes", s'est félicité la direction du Parc national des Galapagos (DPNG), qui a dévoilé mercredi cette étude, dont les résultats seront prochainement publiés dans la revue Biological Conservation.

Ces nouvelles tortues ont été découvertes sur un volcan dans l'île Isabela, qui appartient à l'archipel équatorien, tout comme l'île Pinta où est décédé "Georges le Solitaire".

C'est dans cette île volcanique que des chercheurs avaient eu recours à des tortues femelles génétiquement proches pour obtenir une reproduction de "Georges". Mais après 15 ans de cohabitation, les tentatives de reproduction avaient échoué, même au moyen de l'insémination artificielle.

Après l'analyse de 1.600 échantillons, les scientifiques ont ainsi réussi à identifier neuf femelles, trois mâles et cinq jeunes tortues, dont le sexe n'avait jusqu'alors pas été identifié et qui étaient dotés des mêmes gènes que la tortue centenaire.

Selon les experts, l'espèce de "Georges" s'était progressivement évanouie en raison des pirates qui écumaient la région durant les XVIIIe et XIXe siècles, et qui en avaient fait l'un de leurs mets de choix. Plus de 300.000 tortues auraient ainsi été consommées.

Selon l'étude de Yale, l'origine des spécimens retrouvées sur l'île Isabela pourrait remonter au XVIIIe siècle, après que des marins travaillant sur des baleiniers eurent jeté par dessus bord des tortues dont ils n'avaient plus besoin pour s'alimenter.

"Cette découverte marque un premier pas vers la récupération de l'espèce +Geochelone Abigdoni+, à travers un programme de reproduction et d'élevage en captivité", a indiqué la DPNG.

"Georges le Solitaire" s'était éteint de cause naturelle, après plusieurs tentatives infructueuses de reproduction, dans un centre d'élevage de tortues des Galapagos.

Considéré comme un symbole de la lutte pour la protection de l'écosystème de l'archipel, il avait été inscrit en juillet dernier par le gouvernement équatorien au patrimoine national.

Entre 30.000 et 40.000 tortues représentant une dizaine d'espèces différentes vivent dans les îles Galapagos. Les tortues géantes ont un poids qui peut atteindre près d'une demi-tonne et mesurent plus de 1,80 mètre.

L'archipel équatorien, classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco depuis trois décennies, est célèbre pour avoir inspiré la théorie de l'évolution des espèces du naturaliste britannique Charles Darwin.

 

RAPHAEL KAFANDO(avec AFP)



23/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres