Actu-vert

Actu-vert

Il faut sauver le fleuve Niger

Depuis quelques années  le fleuve Niger ne finit pas de se rétrécir et cela au grand dam des pays comme le Mali, le Niger, le Burkina, le Tchad etc. qui  en sont les principaux bénéficiaires. Le Niger est souvent la seule ressource en eaux des populations pour leurs besoins quotidiens, mais aussi pour l'exercice d'activité économiques telles que la pêche, l'agriculture et l'élevage. Mais la survie du fleuve est menacée par le climat, d'abord et par la mauvaise utilisation de ses ressources, ensuite. Baisse de la pluviométrie, ensablement, pression démographique, végétaux flottants, déchets industriels et techniques de production inadaptées mettent en péril l'existence de ce cours d'eau. De plus, la navigation et la reproduction des poissons sont quasi impossibles en raison des faibles débits et des plantes aquatiques nuisibles qui colonisent ses eaux. Ces contraintes conjuguées à l'extrême pauvreté de ses riverains et des Etats font que seulement 20% des potentialités agricoles du bassin estimées à 2.500.000 ha sont exploités, d'après  l'Autorité du bassin du Niger (ABN). En effet ce don de la nature couvre 9 pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigeria et Tchad). Il recouvre un potentiel hydroélectrique productible de 30 000 GWH, dont 6 185 GWH sont exploités par an; 7,5 tonnes de poisson par km de cours d’eau et par an ; 3 800 km du cours principal navigable. Avec ses 4 184 kilomètres de long et ses 2 millions de km2, le fleuve Niger, troisième du continent par la longueur (après le Nil et le Congo), rythme la vie de quelque cent millions d'Africains. Il constitue un couloir de productivité qui, durant des milliers d’années, a fourni aux populations des moyens de subsistance diversifiés et dynamiques, leur permettant de survivre même lors des pires sécheresses. Ce système hydrographique a également favorisé l’émergence de communautés biologiques remarquables. Le fleuve abrite 35 aires d’importance pour les oiseaux d’eau, 266 espèces de poissons d’eau douce dont 20 n’existent nulle par ailleurs. Les lamantins ou vaches de mer sont encore présents le long du fleuve, de même que les hippopotames et les crocodiles. Ces données de l’Organisation mondiale de la Protection de la Nature WWF montrent toute l’importance d’un tel cours d’eau pour toute la Sous-région. Pourtant à moins d'inverser vite la tendance, la population vivant dans le bassin doublera d'ici à 2025 du fait de la forte croissance démographique de 3% par an. Or l'ABN, créée en 1980, est impuissante à relever ces défis et les actions isolées des Etats sont inefficaces pour sortir le fleuve de l'agonie. Il est vrai que récemment lors du sixième Forum mondial de l’eau en mars 2012, les quatre pays de l’ABN, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad, se sont engagés à gérer de manière transfrontalière le bassin du fleuve Niger, pour lutter contre son assèchement et sa pollution. Mais l’argent étant le nerf de la guerre, ces initiatives restent souvent lettre morte car les bailleurs de fonds ne font pas légion en la matière. Preuve qu’il appartient à la Sous-région et peut-être à l’Afrique tout entière de trouver les solutions nécessaires afin de trouver une stratégie régionale d’exploitation durable du fleuve Niger et des ressources qui y sont associées. C’est à ce prix que cet écosystème unique pourra continuer à satisfaire les besoins en nourriture, eau, vêtements et matériaux de construction de la population grandissante de l’Afrique de l’Ouest, tout en conservant ses valeurs naturelles exceptionnelles.

 

Raphaël KAFANDO



13/08/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres