Actu-vert

Actu-vert

Pour une réduction de l’utilisation du mercure dans l'orpaillage

Comment assurer l’amélioration de la santé et de l’environnement dans les communautés d’orpailleurs en réduisant les émissions de mercure et en faisant la promotion de la bonne gestion des produits chimiques ? C’est pour répondre à cette question que l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel(ONUDI) a lancé un programme pour l’orpaillage au Burkina Faso, Mali et Sénégal. Selon le secrétaire général du ministère en charge de l’environnement, Sambou Coulibaly, l’orpaillage est l’une des principales sources d’émissions de mercure dans l’environnement dans les pays en développement. « Ainsi, dans le but d’améliorer le rendement d’extraction, les orpailleurs n’hésitent pas à utiliser le mercure et souvent non loin des habitations », a-t-il indiqué. Pour réduire ces pratiques, M.Coulibaly a fait savoir que le projet va mettre en place un programme au niveau sous-régional qui permettra aux parties prenantes nationales et locales dans les trois pays de promouvoir la bonne gestion du mercure dans l’orpaillage en réduisant les effets négatifs sur la santé publique et l’environnement. Spécifiquement, le projet renforcera les capacités nationales et locales pour gérer et réduire l’utilisation du mercure, les émissions et l’exposition dans les communautés d’orpaillage tout en faisant la promotion de production plus propre de l’or. D’après l’Artisanal Gold Council(AGC), le secteur de l’orpaillage contribue à environ 15% de la production mondiale annuelle alors que l’exposition aux vapeurs de mercure est particulièrement un problème pour les enfants, les femmes enceintes ainsi que celle en âge de procréer. Ces émissions atmosphériques ont aussi la capacité de se répandre globalement, contribuant aux émissions mondiales et contaminant entre autres les réserves halieutiques. Dans le rapport final du Projet Mercure mondial, l’ONUDI estime que près de 100% du mercure utilisé par le secteur de l’orpaillage est rejeté dans l’environnement, soit sous forme de liquide ou de vapeur. Ce problème est amplifié avec le taux croissant du prix de l’or sur les marchés internationaux. Dans le même rapport, l’ONUDI précise que 12 à 15 millions de personnes travaillent dans le secteur, au moins 4,5 millions sont des femmes et près de 600.000 des enfants.

 

Raphaël KAFANDO




04/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres