Actu-vert

Actu-vert

Reboisements : simulacre ou volonté réelle de sauver la forêt ?

Le Premier ministre burkinabè, Luc Adolphe Tiao, a lancé, le samedi 30 juin dernier, la campagne nationale de reforestation de l’année 2012. Comme à l’accoutumée, des millions d’arbres vont être plantés dans tous les coins et recoins du Burkina. Toutefois, combien de ces plants vont vraiment réussir ? Le problème est que cette campagne est souvent utilisée par beaucoup de structures et de personnalités pour faire leur communication sans se soucier réellement de la nature. Le Burkina est à la veille d’élections couplées et certains politiciens n’hésiteront pas à exploiter ce moment pour faire leur précampagne.

Il ya aussi toutes ces associations en léthargie durant toute l’année qui de surcroît ne se réveillent que durant ces périodes pour aller planter quelques arbres et replonger dans leur sommeil. A l’occasion de ces camps de reboisement, de grandes cérémonies sont souvent organisées, des véhicules et des cars sont convoyés dans les villages, polluants même davantage la nature. Parfois, le cérémonial de la manifestation prend le dessus sur les conditions requises pour planter des arbres. C’est ainsi que certains plants sont mis en terre vers midi (heure qui ne convient pas pour planter un arbre), car il faut attendre telle ou telle autorité. Le pire encore, est que ces arbres plantés ne bénéficient pas souvent de suivi approprié.

Le 23 avril 2012, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean Koulidiati montait lui-même au créneau en déclarant ceci : « En dépit des efforts déployés, les difficultés persistent et se manifestent par l’absence de dispositif de protection des plantations contre la divagation des animaux, les feux de brousse et les attaques parasitaires, l’insuffisance de capitalisation des données sur les plantations réalisées et le faible engagement de certaines collectivités territoriales dans les campagnes de reforestation ». Résultat, après des dizaines d’années de reboisement, la forêt au Burkina continue de perdre du terrain. Ainsi, environ 105 000 ha de forêts disparaissent chaque année (chiffres du ministère de l’Environnement et de l’Eau en 2002). De 1980 à 2000, la superficie des formations forestières du Burkina Faso est passée de 15,42 millions d’hectares à 11,29 millions d’hectares (FAO, 2000).

Il est vrai que c’est déjà positif, de créer une dynamique de plantations d’arbres, mais il faut reconnaître que cela ne suffit pas. Les campagnes de reforestation doivent être l’occasion de poser des actes vraiment sincères loin de toute propagande quelconque, mais dont le seul but est de sauver la nature burkinabè. Et pour cela, le ministère en charge de l’Environnement devra impliquer davantage les populations locales, car ce sont les premiers garants de ces plantes.

 

Raphaël KAFANDO

Sidwaya



03/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres