Actu-vert

Actu-vert

Stress hydrique au Burkina: Pas de forages, mais du carburant pour les concessionnaires

L’Office national des aires protégées du Burkina(OFINAP) a rencontré les concessionnaires de chasse, le 15 avril 2013 à Ouagadougou. L’objectif a été d’échanger avec les acteurs sur l’état de l’exécution du plan d’urgence pour la faune et d’offrir du carburant aux concessionnaires de chasse privés.

 

Des buffles embourbés dans une mare au parc W à l'Est du Burkina

 

 L’ambiance était des plus moroses, le lundi 15 avril 2013, lors de la rencontre à Ouagadougou entre l’Office national des aires protégées et les concessionnaires de chasse. D’une part, les concessionnaires étaient heureux de recevoir chacun du carburant d’une valeur de 1.500.000FCFA. D’autre part, ils étaient déçus que la promesse de la réalisation de forages dans les zones de chasse ne soit apparemment plus d’actualité. Selon le directeur général de l’Office national des aires protégées(OFINAP), Prosper Sawadogo, compte tenu de la bonne pluviométrie de l’année 2012 et de quelques difficultés financières, le projet qui avait été conçu en 2011, a mis en veilleuse la réalisation des forages. Par contre, la dotation de carburant dans le projet a été maintenue pour aider les concessionnaires à sillonner les zones de chasse, pour faire les pompages des forages existants. Mais pour les concessionnaires, la raison invoquée ne tient pas. Selon le président du Royaume de trophée et de la Fédération ouest- africaine de la chasse sportive, Franck Alain Kaboré, le problème du stress hydrique qui avait valu la mise en place du plan d’urgence est toujours d’actualité. Il a indiqué qu’actuellement avec la forte chaleur, les mares sont asséchées et les animaux sauvages souffrent énormément. Par ailleurs, il a rappelé qu’au-delà de l’urgence, les forages devaient être mis en place pour régler dans la durabilité, le problème du stress, régulier, à chaque saison sèche. Il dit donc ne pas comprendre qu’après toutes les déclarations faites par les bailleurs du projet que sont la Banque mondiale et le programme d’appui aux filières agro-pastorales(PAPSA), sur l’importance du projet, l’on puisse facilement remettre en cause quelque chose qui allait permettre de protéger la biodiversité pour les générations futures. Le directeur général de l’OFINAP a pris en compte les remarques et espère qu’à la revue à mi-parcours du PAPSA dans les semaines à venir, la construction des forages redeviendra une priorité.
L’année 2011 avait été marquée par une pluviométrie capricieuse ayant entraîné de graves dysfonctionnements des écosystèmes naturels et particulièrement, des aires fauniques. Pour faire face à ce problème crucial, un dispositif dont l’objectif global est d’identifier et de mettre en œuvre des mesures d’urgence pour faire face au stress hydrique pour la faune sauvage, a été mis en place. Et c’est dans ce cadre que des forages et la dotation de carburant avaient été prévue au profit des concessionnaires de chasse pour leur permettre de faire face de façon durable, au phénomène du stress hydrique.

Raphaël KAFANDO




21/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres