Actu-vert

Actu-vert

Des champignons tueurs préservent la biodiversité des forêts

1.14572b.jpg

Les Phallus indusiatus, une espèce de champignon basidiomycète de la famille des Phallacées, sont plus efficaces pour tuer les plantes qui sont en train de devenir très répandues, et aident ainsi à contrôler les populations, d’après une étude parue dans le journal Nature.

 

Ces champignons voraces sont peut-être des ennemis des plantes individuelles, mais ils peuvent être profitables pour les forêts dans leur ensemble. En effet, une étude des forêts tropicales humides à Belize montre que ces champignons tueurs de plantes peuvent aider à préserver la biodiversité dans de tels écosystèmes.

L’étude donne un appui expérimental à une théorie écologique expliquant pourquoi aucune espèce de plante donnée ne prend le contrôle sur une forêt riche en espèces.

Cette théorie –l’hypothèse Janzen-Connell- postule que lorsque la population d’une espèce croît, alors la vitesse à laquelle elle se fait manger par des espèces nuisibles croît aussi. Ces vermines maintiennent ensuite les plantes dominantes à un niveau stable, donnant aux autres espèces suffisamment de place pour fleurir également.

 

« Plus une plante est commune, plus elle se fera attaquer de manière agressive » a déclaré Keith Clay, une écologiste à l’Université d’Indiana à Bloomington, qui n’a pas été impliquée dans l’étude. « C’est un mécanisme pour maintenir la diversité ».

 

Depuis que l’hypothèse Janzen-Connell a été proposée il y a plus de quarante ans, beaucoup d’équipes de chercheurs ont réuni des preuves montrant que les insectes mangeant des plantes et d’autres prédateurs maintiennent les populations d’espèces de plantes à un niveau stable. Mais peu d’entre elles ont été capables d’établir que ce mécanisme permet aussi de stimuler la biodiversité, explique Keith Clay.

 

Owen Lewis, un écologiste de l’Université d’Oxford, et ses collègues ont décidé de tester l’hypothèse de manière expérimentale. L’équipe a marqué des lots de terrains dans la Réserve Forestière de Chiquibul dans le sud-ouest de Belize, où le sol est rempli de racines épaisses et peu profondes et où les graines tombent d’une canopée épaisse. Certains des lots ont été traités avec des fongicides et d’autres avec des insecticides. Des lots de contrôle ont été vaporisés d’eau.

 

En 17 mois, l’équipe a découvert que la richesse des espèces était réduite d’environ 16% dans les lots vaporisés avec du fongicide. Bien qu’il n’y ait pas de déclin de la diversité des espèces dans les lots vaporisés avec des insecticides, ce traitement a altéré l’abondance relative des espèces présentes.

 

Owen Lewis et son équipe prévoient d’étendre leurs travaux à d’autres endroits et ont commencé à identifier les espèces clés de champignons dans les lots testés à Belize. Owen Lewis note que cette étude pourrait s’avérer essentielle pour comprendre comment les forêts pourraient réagir au changement climatique parce que les champignons sont très sensibles aux changements d’humidité.

 

Scott Mangan, un écologiste pour l’Université de Washington à St. Louis dans le Missouri, a ajouté que l’étude de Belize pourrait informer les efforts de restauration des forêts en soulignant l’importance des champignons dans les sols. « Avant que nous allions dans la région que nous voulons restaurer, il faut que nous gardions à l’esprit que ce n’est pas seulement des arbres qui sont dans cette zone » a déclaré Scott Mangan. « Nous voulons une communauté vivant dans la terre et bien établie, sans quoi ces mécanismes ne protégeront pas la biodiversité ».

Source:http://www.actualites-news-environnement.com/31638-champignons-biodiversite-forets.html



03/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres